S'identifier - S'inscrire - Contact

Environnement, santé et biodiversité au Green Data Tuesday au Ministère du Développement Durable

Par stephane • Actualités • Jeudi 17/01/2013 • 3 commentaires • Version imprimable

Mots-clés : , , , , ,


J'ai présenté Open Food Facts hier soir à l'occasion d'un Data Tuesday spécial "Green data" au Ministère du Développement Durable, de l'Ecologie et de l'Energie. La salle était comble et j'ai compté 150 chaises.

Green Data Tuesday
(Photo par Alexandra de Data Tuesday)

Voici les slides de ma présentation et un compte rendu des présentations qui m'ont le plus intéressées.



Les données sur l'environnement : le sol, l'air, l'eau

Plusieurs intervenants du Ministère du Développement Durable et d'agences gouvernementales (la Direction pour la Prévention des Risques pour le sol, INERIS pour l'air, ONEMA pour l'eau) ont présenté les systèmes et les données liés à la pollution des sols, de l'air et de l'eau. Vous pouvez trouver l'ensemble de leurs présentations sur le site des Data Tuesdays.

A noter : le lancement imminent de data.eaufrance.fr, le portail de toutes les données ouvertes sur l'eau.

Je retiens en particulier une phrase de Laurent Coudercy de l'ONEMA : "Ce sont les reutilisateurs qui donnent aux producteurs le sentiment d'être utiles socialement". Je crois qu'elle s'applique encore plus aux producteurs bénévoles pour qui être utile à la société est très souvent la motivation la plus forte.


Impact de l'environnement et des comportements sur les maladies

Frédérick Vautrain de la société Isthma a également présenté des travaux très intéressants sur l'évolution du nombre de cancers en fonction du temps, par sexe, classe d'âge et pays par pays. Pour certains types de cancers, on peut voir des évolutions complètement différentes d'un pays à l'autre. Et on peut alors chercher des corrélations avec d'autres données comme le niveau de vie, les données sur l'environnement, l'alimentation etc.

Si l'on arrivait à retrouver et rassembler des données "historiques" sur la composition des produits, on pourrait également tenter de trouver des corrélations entre l'évolution de la composition des aliments et l'évolution de la prévalence des maladies. Vous avez des idées sur comment on pourrait trouver des emballages d'il y a 10 ans ? Pour certains produits, les collectionneurs peuvent être une bonne piste !


La science citoyenne dans votre jardin, au parc, en forêt

Un autre projet très intéressant : iHerbarium, une plateforme qui permet aux citoyens d'évaluer la biodiversité, en faisant des observations. Avec une app mobile, ils peuvent par exemple prendre une fleur en photo, et d'autres personnes peuvent ensuite l'identifier. Cela permet d'obtenir des données sur le nombres différentes d'espèces dans un lieu donné et à un moment donné. Ces données peuvent être très utiles aux scientifiques pour quantifier la progression de la "6ème extinction" qui est malheureusement en cours.



Les inventaires citoyens comme iHerbarium sont un excellent exemple de la science citoyenne dont je vous parlais la semaine dernière. Les inventaires citoyens existent depuis très longtemps, et ils sont une aide précieuse pour les naturalistes. Vous trouverez sur le site Vigie Nature "un réseau de citoyens qui fait avancer la science" de nombreux programmes d'inventaire sur les plantes, les insectes, les oiseaux etc. auxquels vous pouvez participer.


La météo ouverte à tous les vents ?

Enfin une autre annonce : le faire part de naissance d'OpenMeteoData qui utilise des données ouvertes par le National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américain pour faire tourner des algorithmes de prévisions météo sur des supercalculateurs. Les prévisions résultantes sont ensuite fournies sous licence ODbL en open data.

C'est un projet très intéressant car il ne diffuse pas des données ouvertes brutes, mais le résultats de calculs que tout un chacun ne peut refaire chez soi, car ils nécessitent une grande puissance de calcul. 

Les algos tournent sur un IBM Blade Center, avec 14 blades LS21, soit 28 Opteron dual-core (56 cœurs en tout)... 14x8Go de RAM... mais 4000W de conso en pointe. 

(photo par Christian d'OpenMeteoData)
 
Calculateur d'Open Meteo Data

Si tout le monde faisait ses propres prévisions météo avec un tel serveur dans sa cave, il y a fort à parier que cela contribuerait au réchauffement climatique !


Soyons utiles !

En résumé, je suis ravi que l'Etat ouvre de plus en plus les données sur l'environnement, que des projets participatifs comme iHerbarium apportent d'autres données, et que des projets "utiles socialement" comme celui initié par Isthma, ou comme celui d'OpenMeteoData les utilisent.


Merci !

Un grand merci à l'équipe des Data TuesdayData PublicaCaptain Dash et MFG Labs, ainsi qu'au Ministère du Développement Durable pour l'organisation de ce Green Data Tuesday. Et bien sûr merci aux participants d'être venus si nombreux !



Commentaires

intéressant par jp le Jeudi 17/01/2013 à 13:10

oui avoir des séries longues est un super projet, juste un mot sur la bio diversité, tu parles de bio diversité de plantes spontanées mais il me parait plus important de travailler en priorité sur la bio diversité des plantes domestiquées, et la dessus on n'a pas de données du tout
Autrement dit, est-ce que la disparition d'énormément de cultivars de fruits, légumes etc... et la domination d'énormément de cultivars sélectionnés uniquement pour leur productivité (résistence aux maladies, homogénéité, facilité de récolte etc) lpeut être coréllée avec une pathologie ? Même question à propos des méthode de culture : effet de la production en serre, effet de la conservation sous sac etc
tu vois ce que je veux dire : c'est faire un open facts food total, pas seulement pour les aliments industriels transformés mais aussi pour les végétaux frais ou de conserve de grande et de petite culture

Tu te doute que consommant et produisant surtout du frais direct du jardin la question n'est pas innocente


Re: intéressant par stephane le Jeudi 17/01/2013 à 13:30

C'est curieux, j'aurais cru qu'il y avait beaucoup plus de données sur les plantes domestiquées, justement parce qu'elles sont répertoriées, plantées, vendues etc. par l'homme.

Une chose à laquelle j'avais pensé suite aux affaire Kokopelli etc. serait de créer le pendant non-officiel du catalogue officiel des espèces et variétés de plantes cultivées. Mais j'avoue que je n'ai pas une grande connaissance du domaine. Cela existe peut-être déjà.

Si ensuite on pouvait relier ce catalogue aux champs, vergers et potagers pour voir, même de façon très parcellaire avec les agriculteurs qui le veulent bien, qu'est ce qui est cultivée où, ça serait vraiment très intéressant. Combien de variétés de pommes cultivées par les agriculteurs ? Et si on ajoute les amateurs ?


Re: intéressant par jp le Jeudi 17/01/2013 à 14:21

les plantes domestiquées et les plantes cultivées c'est pas pareil, il y a une énorme création de cultivars nouveaux surtout maintenant avec les brevets végétaux - cultivés assez peu de temps - et une perte encore plus énorme de cultivars anciennement cultivés ou maintenus, le patrimoine fruitier traditionnel est en train de fondre comme les poles de la planète
surtout dans les pays qui n'ont pas la culture du gout (les exceptions notables sont le Japon, l'Italie et un peu la France où des gens ont les connaissances et la passion), et partout avec bonne conscience des scientifiques conservent des génomes et non des arbres donc tout est en train de devenir inaccessible.
(crois-moi j'essaye de sauver des cultivars traditionnels de grenades avant que l'horreur de Wonderfull ne submerge le monde et c'est pas de la tarte, la grenade c'est un nauffrage )

La question est : ne manger qu'une seule poire ("Conférence" doit faire 60% de la production mondiale et 5 ou 6 poires font 99% de la production modiale) cultivée partout de façon intensive avec le même insecticide, soumise à un stockage parfois long, a t il un effet sur la santé publique par rapport à - 100 ans où on devait manger et cultiver 3 ou 400 variétés de poires fraiches et directes des vergers péri-urbains pour une bien meilleure trace carbone ?

Kokopelli, ça se passe dans le domaine de la vente des semences, c'est un commercant discident, il veut de vendre des semences sans donner les garanies qu'on peut exiger quand on cultive.
Le catalogue c'est l'indentification précise des variétés, la garantie de leur maintient à l'identique, l'homogénéité des plantes obtenues, c'est un énorme progrès, comme les AOC dans le vin. Autrement dit aujourd'hiu tu sais ce que tu vas récolter quant tu sème. Le droit européen, nettement meilleur que l'américain, permet d'inscrire des petites variétés traditionelles - enfin c'est pas toujours facile, je rame sur un artichaut que j'ai fait.
Kokopelli défend des positions extrèmistes avec un manque de nuance qu'on ne peut pas partager.



Open Food Facts

Open Food Facts - France
Open Food Facts - pour tous les pays

La communauté :

> Rejoignez-nous sur notre espace de discussion Slack
Page Facebook
@OpenFoodFactsFr sur Twitter
@OpenFoodFacts (en anglais)

et bien sûr ce blog !

Donner à Open Food Facts

Open Food Facts est développé par une association à but non lucratif indépendante de l'industrie. Open Food Facts est fait pour tous, par tous, et est financé par tous. Vous pouvez soutenir notre travail en donnant à Open Food Facts et aussi en utilisant le moteur de recherche Lilo.



Le blog

Ce blog est un espace d'information pour partager les nouvelles concernant le projet Open Food Facts. C'est bien sûr aussi un espace de dialogue dans lequel les commentaires sont très bienvenus !

Archives